Les 10 tendances de l’événementiel pour 2013 – 2ème partie

minitel des annees 80Suite et fin de l’article dédié aux 10 tendances de l’événementiel en 2013.
Il est encore temps de cliquer ici pour lire la 1ère partie de l’article.

  • 5 / les commentaires des internautes

La gestion de la réputation d’un événement est en train de prendre de l’ampleur, et si cela correspond à ce que le monde de l’hôtellerie a vécu (avec Trip Advisor notamment), il est conseillé de s’y préparer dès maintenant. De nouveaux services, tels que Event Rater ou Yelp permettent aux participants de noter et de critiquer l’événement auquel ils viennent de participer. Le commentaire des participants joue un rôle prépondérant dans le processus de décision d’achat. Il est prévisible que l’événement qui n’aura pas bonne réputation sur la toile verra son taux de participation faiblir. Aussi est-il inutile de rappeler que ce facteur doit être pris en compte rapidement par les organisateurs.

  • 4 / des badges intelligents

Il ne s’agit pas ici de présenter les technologies RFID ou NFC, qui sont déjà utilisées sur de nombreux événements. Il s’agit plutôt d’une application de ces technologies. L’impression des badges et de tous les documents distribués sur les évenements représente souvent un énorme gâchis de papier et de matériel : imprimantes, pochettes plastiques, stylos, etc. Des services se développent donc pour fournir au participant un badge qui ne permettra pas seulement de l’identifier, mais également de rendre sa participation à l’événement plus active et interactive.

Exemple : Noodle Live qui permet au participant de collecter des données : cartes de visite, présentations PPT, plan de l’exposition, programme. Voir une animation présentant leur service :

  • 3 / une cabine photo éphémère

Des services et autres applications type Photomaton se développent à vive allure sur tout type d’événement : du mariage privé au salon technologique. Des applications populaires telle que Instagram ont grandement contribué à faire de la photo prise sur le vif un élément significatif de la communication d’un événement. Les services suivants proposent soit d’installer une cabine type Photomaton sur l’événement, soit d’utiliser un simple ordinateur équipé d’une web cam pour envoyer sur les réseaux sociaux une image souvenir liée à l’événement, qui sera de suite « likée » et partagée par de nombreux utilisateurs.

Exemples : Social PixBYO Booth ou en France : Flashmat

  • 2 / la diffusion et la conservation du contenu 

Tout event planner se doit maintenant de fournir au participant un contenu multimédia disponible rapidement après l’événement. Une plate-forme telle que Storify permet notamment de suivre, mettre en avant et regrouper -sans se perdre dans la jungle des réseaux sociaux- uniquement les contenus intéressant l’utilisateur. Les services suivants permettent également de désencombrer les médias et d’impliquer un public virtuel, qui n’a pu se rendre à l’événement.

Conferize ou Epilogger proposent de vivre l’événement à distance via une plate-forme en ligne réunissant tout ce qui se dit et ce qui se passe sur l’événement en question.

  • 1 / la chasse aux sponsors

Le nerf de la guerre… Les professionnels de l’événement vendent un concept, une idée… celle de l’expérience de leurs participants. Ils sont en quelque sorte des artistes qui ne devraient pas avoir à se soucier de trouver les fonds nécessaires à l’éclosion de leur projet. Quel event planner n’a pas rêvé d’une plate-forme dédiée à  la recherche de sponsors, qui lui permettrait ainsi de se focaliser sur son coeur de métier. Celles-ci existent : Sponsorhub et Sponsorist le proposent.

D’autres services tel que Event Now permettent aux prestataires d’entrer en compétition et de proposer les meilleurs tarifs pendant que l’event planner s’occupe de lancer l’événement de l’année !

  • Un dernier point 

Ne pas se préoccuper de sa réputation sociale ni de son public virtuel serait aujourd’hui une énorme erreur stratégique pour toute organisation et donc pour tout événement. Nous ne sommes malheureusement pas tous des experts techniques de ces questions : comment générer une communauté via les réseaux sociaux, faire en sorte que le trafic vers votre site Internet ou votre blog soit plus important et mieux qualifié, comment booster votre e-marketing… Social Dynamite est un outil développé en France, qui permet de gérer votre promotion sociale en laissant de côté la technique et de se focaliser uniquement sur le contenu, afin d’en mesurer ensuite l’impact. Voir ici un article de Meet In à ce sujet.

  • Conclusion

N’hésitez pas à vous familiariser avec ces tendances : n’oubliez pas que l’avenir arrive souvent sans prévenir… 😉

Publicités

Les 10 tendances de l’événementiel pour 2013 – 1ère partie

Parce que j’ai trouvé cette analyse de Julius Solaris particulièrement intéressante, je me suis permise de m’en inspirer librement pour la rédaction de cet article. Si vous souhaitez consulter la version originale, rendez-vous sur Event manager blog. L’auteur interviendra sur ce thème le 22 janvier prochain lors de la Be conference organisée par MPI en Belgique.

C’est en passant en revue 300 start-ups, certaines rencontrées sur IMEX ou EIBTM que l’auteur a pu définir ces 10 tendances de l’événementiel pour 2013.

  • 10 / le « crowdfunding », ou financement communautaire

Ce type de service s’est développé à une allure extrêmement rapide sur la toile. Il permet, via des sites internet, de financer des projets en faisant appel à la générosité des internautes. C’est le genre d’idée sur laquelle tout le monde est d’accord. En temps de crise économique et pour des événements de taille moyenne, cela permet aux event planners de donner vie à un projet et de minimiser le risque de s’aventurer en terres inconnues. Lorsque les sponsors sont difficiles à trouver, la vente de billets n’est donc plus l’unique solution.

Exemples : Reservoir FundsKiss kiss bank bank ou encore les Américains d’Event Stir

  • 9 / la ville devient un terrain de jeu

L’idée générale est d’utiliser un support numérique pour appréhender le team building ou l’incentive de manière totalement novatrice et interactive. Les interfaces mobiles correspondent tout à fait aux problématiques des jeux en équipe. Ce type d’événement représentant une part très importante du marché aujourd’hui, les event planners sont en recherche constante de nouveautés à proposer à leurs clients.

Exemple : Urban gaming

  • 8 / des conférenciers « crowdsourcés »

Bon, maintenant que vous savez ce que signifie « crowdsourcing », pas besoin de traduction pour ce sous-titre ! Il s’agit là plus d’un espoir que d’une réelle tendance. C’est ainsi que depuis quelques temps The South by SouthWest Conferences & Festivals choisit ses conférenciers. 2013 devrait être l’année pour commencer à permettre aux participants de choisir leurs orateurs grâce aux votes sur les réseaux sociaux. Certains services permettent même aux participants de choisir le temps de parole des conférenciers. Il serait finalement assez logique de se diriger vers ce type de solutions.

  • 7 / des tableaux de bord intelligents

Ce que l’on remarque cette année, c’est que les event managers sont de plus en plus exigeants vis-à-vis de leur plate-forme de gestion d’événements. On ne peut plus se contenter d’avoir un outil pour la promotion, un pour la billetterie, un pour la gestion de résumés…
Nous nous dirigeons vers des solutions tout-en-un qui permettent à l’utilisateur de gérer depuis un seul et même tableau de bord : site internet et d’inscription, billeterie, paiement en ligne, réseaux sociaux, application mobile, gestion de contacts et promotion personnalisée, outils de gestion de projet.

Exemples : Cvent, Etouches, Atendy

  • 6 / éliminer l’intermédiaire

De nouveaux services de mise en relation directe entre consommateurs se développent rapidement. Dans la vie de tous les jours, des sites tels que Airbnb, Covoiturage, Pretachanger surfent sur cette nouvelle vague appelée « consommation collaborative » qui a révolutionné de nombreux domaines et la manière dont nous consommons. Dans l’événementiel, de plus en plus de ventes horizontales de biens et de services devraient se mettre en place : covoiturage pour les événements, recherche de lieux… afin d’éviter notamment le sur-commissionnement du client final.

A suivre…